Bataille de Mossoul jouera sur la main de Damas et Moscou à Alep 30.10.2016

Sur la fin de la pause humanitaire à Alep, les combats se poursuivent. Frédéric Pichon estime que l’inévitable victoire au régime de Bachar al-Assad grandement à renforcer son contrôle sur «utile à la Syrie».

Le Figaro: Après une brève seulement trois jours de pause humanitaire à Alep, les combats se sont poursuivis rebelles et de Damas, qui reçoit le soutien de Moscou. Pourquoi cette trêve a échoué?

Frédéric Pichon: En premier lieu, il convient de préciser que cette trêve n’a rien à voir avec les actions, y compris françaises, qui ont accompagné les coups de forces russes et le gouvernement syrien de «rebelle» quartiers d’Alep, d’où, sans doute, restent encore à près de 100 000 habitants. Au début d’octobre, le président Hollande a commenté française de la résolution, à laquelle il a voté pour la Russie: «un Pays qui opposerait son veto à la résolution de la France, discrédite lui-même aux yeux du monde». Si la persuasion ne reste plus rien à l’exception de la morale, cela signifie que la diplomatie française a perdu toute son importance… en fait pendant ces trois jours humanitaire de la pause, les russes et les syriens voulu donner une dernière chance de sortir джихадистским de la plupart des groupes de l’est d’Alep. A ouvert plusieurs couloirs pour les civils, ainsi que pour la perte de combattants dans la province d’Idlib.

Il s’agit d’une répétition du scénario, qui ces derniers mois a déjà travaillé dans la région de Homs et Мадайе. Les militants ont pu partir avec des armes. Il est évident que sur le plan politique, ce serait un échec pour les rebelles: le contrôle complet d’Alep signifierait une grande victoire pour la restauration de la légitimité du gouvernement central. Des sources de soutien des rebelles à l’Ouest est bien vu et souligné «le droit des civils à rester dans l’est d’Alep», tout en minimisant l’ampleur de la présence de «Джабхат Fatah al-Sham», l’ancien «Джабхат en-Нусра» (une organisation terroriste interdite en Russie, env. ИноСМИ). Il y a quelques jours un diplomate français parlé seulement de la «symbolique» de la présence à Alep, les combattants de cette fois liée à Al-Qaida, qui a changé de nom que sous la pression du Qatar. L’échec de la trêve liée au fait que les groupes armés n’ont pas voulu aller dans le piège: en fait, ils gardent les civils sont pris en otage et ont tourné leurs boucliers. Par ailleurs, de nombreux observateurs ont noté que des positions de rebelles mené du tir à la tente d’échapper aux civils. À Mosul, tout se passe exactement le même scénario: les civils deviennent les otages et payer le prix d’un bombardement, qui visent à évincer les djihadistes de la ville.

— La situation militaire à l’est d’Alep, qui maintiennent les rebelles? Si le mode de compter sur une première victoire?

— La situation militaire est assez transparent: les groupes armés ne reçoivent plus courante à travers la Turquie, médias et à l’aide qui leur a permis de récupérer de la force lors de chaque trêve. Ils sont dans l’environnement et ne peuvent que tirer appartenant au gouvernement les zones urbaines (et là encore vivent près de 800 000 personnes) chaque fois que l’offensive de l’armée syrienne et les auxiliaires d’unités, en particulier les iraniens. Comme l’a récemment m’a dit une source à Damas, l’armée syrienne semble sur le point d’aller au contact, pour amener les groupes armés à quitter la ville. Damas, apparemment, est conscient des limites des opérations aériennes: à un moment ou un autre avoir à lancer une attaque sur la terre. Mais cela prendra beaucoup de temps, tandis que les plus grandes pertes sont inévitables. Compte tenu de la motivation de jihadistes armés, tout peut prendre quelques semaines, mais tout de même il faut se préparer: la reconquête d’Alep est inévitable. En outre, l’offensive sur Mossoul plusieurs éclipser d’Alep, que la Russie et la Syrie. Se dessinant les pertes parmi les civils, à Mossoul et à l’impossibilité de mener une guerre «propre» et joueront sur la main de Damas et Moscou.

— Qui peut changer le mode de la victoire finale à Alep? Dans ce qui pourrait être son nouvel objectif?

— Expulsion des rebelles de l’est d’Alep signifiera à restaurer l’autorité du gouvernement central. L’espoir que d’Alep deviendra la capitale du nord de la révolte presque enterré. La province d’Idlib reste dans les mains «Джабхат en-Нусры» avec les alliés, mais il représente une enclave et ne joue pas un grand rôle. De même, à Damas, estiment que les différentes forces les insurgés assez rapidement commencent à se battre les uns avec les autres.

En outre, la reconquête de l’orient Alep serait pour Damas, l’absence de la nécessité d’accepter la partition du pays, qui a été considéré comme très probable. Prendre le contrôle de la plus grande partie du territoire et de la population de la Syrie, Bachar el-Assad symboliquement se consolida son pouvoir. La réalité sera beaucoup plus difficile compte tenu de la pulvérisation des forces armées, de la présence sur le territoire syrien de l’armée turque et le problème kurde. Mais le signal politique auraient été de toute façon très forte.

— Les forces turques et qu’ils prennent en charge les rebelles sont passés à l’offensive dans le nord de la Syrie, dans le cadre lancée par Ankara de l’opération «Bouclier de l’Euphrate». Peut-être si la collision entre les turcs, les syriens et les kurdes, en particulier de la ville d’Al-Bab, au nord d’Alep?

— Apparemment, l’été 2016 conduit à re-prendre des cartes dans le nord de la Syrie. Il semble que la timide réconciliation d’Ankara et Moscou a été réalisé au détriment des kurdes, et cela joue sur la main de Damas. Le problème des kurdes «Démocratique » de l’union», c’est qu’ils ont conclu trop improvisées alliances: avec les américains, les russes, syriens… En conséquence, ils ont commencé à regarder fiables partenaires. Maintenant, ils se sont retrouvés sous le feu de la Turquie, parce qu’elle a toujours considéré курдскую problème prioritaire: si Ankara tardivement s’est associée à la lutte contre ДАИШ, elle envisage une «union Démocratique» comme une organisation terroriste. Damas n’est pas de venir en aide aux kurdes, parce que cela fait partie de son affaire avec Erdoğan, qui de son côté a fermé sa frontière.

— En Irak a débuté l’opération de отвоеванию de Mossoul. Comment peut affecter cette bataille sur la situation en Syrie?

— La bataille de Mossoul promet d’être longue, beaucoup plus longue que la promesse de la politique et de certains états-majors. Jusqu’à ce qu’elle est vraiment pas encore commencé. Quand offensive arrive jusqu’à une épaisseur de l’environnement urbain, en face de lui, inévitablement, se lèvent d’exploitation et des questions stratégiques.

D’exploitation, parce que les pertes parmi les civils seront importants, quoi qu’on puisse dire. Déplié les différents joueurs de l’armada n’a pas l’air encourageant dans le plan d’opérations qui, manifestement, ne sont pas «propres» et «chirurgicales». Ainsi, par exemple, il convient de rappeler que les la France à Mossoul canons CAESAR tirer des projectiles de calibre 155 à une distance de 30 km…

Stratégique, parce que les irakiens (l’armée et les chiites, l’Iran unités), les peshmergas, les turcs et l’Ouest poursuivent différents, même des objectifs opposés. L’unité de l’action ici est extrêmement important, mais c’est peut-être pas.

En ce qui concerne la Syrie, c’est une bataille certainement plusieurs éclipser ce qui se passe à Alep, mais plus nette mettra un problème ДАИШ: en cas d’expulsion de Mossoul par l’organisation terroriste susceptible d’être essayer de s’implanter à l’est de la Syrie. Bien que la bataille de l’Eure-Ракку est encore loin, c’est elle qui doit être la prochaine étape. Ici se dressent les mêmes opérationnels et stratégiques de la difficulté que Mossoul. Aller dans l’Eure-Ракку veulent tout: les turcs, les syriens, les russes, les kurdes et l’Ouest. Coordonner les actions de toutes ces parties prenantes sera très difficile.

ИноСМИ


Bataille de Mossoul jouera sur la main de Damas et Moscou à Alep 30.10.2016

Share this news

Опубликовать в Google Plus
Опубликовать в LiveJournal
Опубликовать в Одноклассники