Du nord au sud: où va l’OTAN en 2017 02.11.2016

Selon les déclarations du secrétaire général de l’OTAN, fait à Bruxelles, le dernier mercredi et jeudi lors de la réunion des ministres de la défense militaire d’un bloc, l’un des fondateurs de laquelle le Portugal est à quoi peut ressembler la nouvelle carte des futures activités de l’alliance Atlantique de projection et une démonstration de force dans la prochaine année.

Troupes dans les pays Baltes et la Pologne

Le secrétaire général de l’OTAN a été visiblement satisfait, quand, dans la nuit de mercredi pourrait annoncer la «preuve fiable de la traite transatlantique de soutien» des alliés. Jens Stoltenberg a eu à l’esprit déjà autorisé la dotation de quatre bataillons, nombre d’un millier de troupes qui, depuis le début de l’année prochaine seront situés en Estonie, en Lettonie et en Lituanie (les etats Baltes), mais aussi en Pologne. Et maintenant, prenez une grande respiration — vous présentons une liste complète. Le bataillon sous le commandement des canadiens en Lettonie sera également compter sur le soutien de l’Albanie, de l’Italie, de la Pologne et de la Slovénie. Les allemands en Lituanie, en collaboration avec les militaires de la Belgique, de la Croatie, de la France, des pays-bas, le Luxembourg et la Norvège. Le danemark et la France fournira des renforts Royaume-uni en Estonie. Et enfin, le bataillon américain en Pologne est complétée par les britanniques et les roumains. Et, en conformité avec les dispositions adoptées en juillet, lors du sommet de l’OTAN à Varsovie, les militaires commencent à arriver à destination, au début de l’année 2017, et à l’été prévu d’annoncer un «état d’alerte» des troupes. Selon l’ambassadeur des états-UNIS dans l’OTAN Douglas Ljuta, броневикам, sur lesquels vont être en service, les soldats de l’Oncle Sam» en Pologne, encore encore un très long chemin, car ils sont encore sur des sites militaires, quelque part dans le Colorado, au cœur Des états-Unis.

Les avions et les navires dans la mer Noire…

Lors d’une cérémonie, le secrétaire général a annoncé officiellement la création de la brigade multinationale dirigée par les roumains. Encore «infanterie»… Mais dans la mer noire, la région est aussi seront envoyés à l’armée de l’air et de la marine de l’actif de l’Allemagne, du Canada, des états-UNIS, des pays-bas, la Pologne et la Turquie, qui a déjà exprimé sa volonté d’apporter sa contribution. On sait que les américains sont presque toujours gardent leur fusée destroyer dans les eaux, qui est également baignée par la principale fédération base navale de Sébastopol, l’établissement dans la Crimée. Le secrétaire général de l’OTAN n’est pas mentionné, mais il existe un traité international signé en 1936, qui jusqu’à ce jour les limites de la durée de séjour des navires de guerre нечерноморских pays dans le bassin de la mer Noire. La convention de Montreux sur le statut des détroits (Bosphore et Dardanelles) autorise l’entrée de seulement neuf «étrangers» pour les navires, qui peuvent y rester pas plus de 21 jours.

… et au cœur de la Méditerranée

«Extrêmement grave». Ainsi, m. Jens Stoltenberg, a décrit la situation en Méditerranée, avant de confirmer le lancement d’une nouvelle opération Sea Guardian, qui sera suivi d’un réseau de traite des personnes. Dans ce cas, l’alliance n’a pas l’intention d’attendre 2017: les premiers de l’air et de la marine des fonds arriveront dans la zone centrale du bassin de la Méditerranée, c’est près des côtes de la Libye, à la deuxième semaine de novembre. Et, à partir de là, vont fournir un soutien logistique (par exemple, une station d’essence dans la mer) les services participant à l’opération «Sofia», organisée par l’union Européenne, et de partager avec eux des informations recueillies à l’aide d’avions et de navires de l’OTAN. C’est un merveilleux exemple de la coopération et de l’interaction de ces deux institutions, a déclaré le secrétaire général de l’alliance. Le portugal, qui cette année a déjà participé à l’opération «Sofia», en envoyant un avion P-3C et 29 soldats de la force aérienne de la marine base Сигонелла en Italie, a également exprimé sa volonté de participer au cours de la prochaine année dans l’opération Sea Guadian en conformité avec les capacités de son budget.

Le personnel supplémentaire portugaises instructeurs en Irak

Le portugal est également informé de l’OTAN à propos de sa volonté de former les forces de l’armée irakienne. Comme il a été convenu en juillet de cette année, lors du dernier sommet de l’OTAN, qui s’est tenu à Varsovie, à partir de janvier situés en Jordanie, les centres de formation, à travers le monde, des centaines de militaires, commenceront leurs travaux en Irak. Dans ce cas, il ne s’agit pas de cette envergure des opérations, comme le Sea Guardian, mais sur «l’accès à la formation des forces armées» voisins avec l’alliance des pays, afin d’assurer la sécurité et la stabilité le long de la натовских frontières.

Rappelons que les portugais les commandants et les commandos passent déjà la formation des forces irakiennes dans Бесмайе, au sud de Bagdad, dans le cadre de la coalition internationale. La coalition, composé de 67 pays, y compris tous les états membres de l’OTAN, mais pas lui-même l’alliance en tant qu’organisation, aux prises avec самопровозглашенным «etat Islamique» (l’organisation terroriste interdite en Russie).

ИноСМИ


Du nord au sud: où va l’OTAN en 2017 02.11.2016

Share this news

Опубликовать в Google Plus
Опубликовать в LiveJournal
Опубликовать в Одноклассники