Le développement pacifique 31.08.2017

Regardez cette photo.

Photo: Vladivostok

C’est
Vladivostok. La ville, qui ouvre la porte de la Russie, dans le pacifique, les grandes
le centre économique et culturel. Récemment, la population de la ville est contraint de
vivre dans une tension constante, en effet, à quelques dizaines de kilomètres au sud
de lui, les événements se produisent qui peuvent répandre le chaos dans toute la
la région de l’asie-pacifique, et peut-être tout le monde.

Il
va sur les essais de Corée du Nord, véhicules de lancement innovantes, qui sont déjà capables d’
surmonter la distance jusqu’à trois mille kilomètres. Si le programme de missiles de la RPDC
va se développer au même rythme, dans un avenir proche, de Kim Jong-un
une occasion de frapper l’arme nucléaire n’est pas seulement les voisins de la Corée du Sud et
Le japon, mais la base américaine de Guam. Dans la perspective de porter un coup
la côte-est des états-UNIS.

Photo: Où ils arriveraient des missiles de la RPDC

La population
et la politique de la Russie sont conscients de l’ampleur de la menace de la présence d’armes nucléaires de la RPDC. Comme
conscient de l’est et de la Chine, de la position commune sur la question du pays d’une fois
exprimé à la tribune de l’ONU. Pékin et Moscou est l’une proposent de
le conflit autour de la péninsule Coréenne devrait être résolue sans l’application militaire
de la force, avec la plus large participation de la communauté internationale. Dans ce
la situation est logique de s’adresser à l’expérience de l’ONU sur la résolution de conflits.

***

Dans
mai 2018 marque exactement 70 ans, les opérations de maintien de la paix
L’Organisation Des Nations Unies. Pour ses 70 ans de l’histoire de la force de maintien de la paix
Les NATIONS unies ont effectué plus de 70 opérations couronnées de succès, seulement en ce moment sur le globe
réalisé 15 projets de maintien de la paix. La plus ancienne et la garniture
l’opération est considérée comme l’Organe de l’ONU chargé de superviser les conditions de l’armistice en
Du conflit arabo-Israélien. Et le rôle de l’ONU en tant que structure décisive internes
l’etat et les conflits internationaux chaque année plus de l’augmentation.
Ainsi, si dans les 40 premières années de l’ONU a procédé à seulement 15 opérations, depuis 1989
l’organisation a assisté à 55 points chauds.

Dans
combien coûte la paix? Selon les informations officielles sur le site de l’ONU
des opérations de maintien de la force de chaque année des financements des pays participants
L’organisation Des Nations unies, il convient de le 17 le paragraphe de la charte de l’organisation. Sur
la période du 1er juillet 2016 au 30 juin 2017 a été alloué à 7,87 milliards de dollars.
Les etats-UNIS. Si la force de paix de l’ONU pourrait être considéré par l’armée
national de l’état, alors, sur les dépenses militaires de l’ONU prendrait un certain 29
un endroit dans le monde, en contournant des pays tels que le Mexique, l’Indonésie, l’Egypte et l’afrique du SUD. Et
ceci sans tenir compte fourni par de nombreux pays de subvention de soutien à la forme de la technique
logiciel et l’infrastructure. Quelle est l’efficacité dépensée à ce budget?

Photo: combien coûte la paix?

Le principal
déclaré la tâche des forces de paix de l’ONU est d’empêcher les conflits
ou le règlement déjà les contradictions existantes, tombés dans la phase à chaud de la confrontation.
Il est sûr de dire, l’ONU s’adapte à cette tâche. Selon le sec
les statistiques, achevés avec succès des opérations peut être considéré comme 52 de la société
maintien de la paix de 70.

***

À
malheureusement, l’ONU ne peut pas appliquer son expérience en matière de règlement des
les situations de conflit dans le Nord de la Corée. Vous avez le droit d’agir
seulement dans le cadre d’разгоревшихся des conflits: guerre civile, invasion
l’agresseur, un génocide. Des outils pour le soulagement des tensions et des conflits
dès leur naissance pratiquement pas. Mais le plus efficace
un moyen de se débarrasser de la maladie est de l’éviter. Intervention
les opérations de maintien de la paix de l’ONU dans le conflit tôt serait le plus de succès
la méthode de lutte contre la violence et des victimes humaines. Malheureusement, de tels exemples
dans l’histoire de l’ONU très peu. En effet, une incidence sur les parties au conflit avant le début de la
la phase à chaud de l’ONU peut uniquement par des sanctions. Comme le montre la pratique, c’est
ne donne pas de résultat.

Économiques
les sanctions ne l’ont pas empêché l’invasion du régime de Saddam Hussein au Koweït en 1990,
et on peut difficilement imaginer qu’avec l’aide d’un embargo commercial, vous pouvez travailler
des organisations terroristes de type ИГИЛ ou Boko Haram. Bien que ces
la structure très souvent, sont les précurseurs de la guerre civile. La participation
L’etat islamique a conduit la Syrie à l’emploi des armes. Le yémen est venu à la responsabilité civile
la guerre n’est pas à cause de l’action du gouvernement, et à cause organisés sur son territoire
парамилитаристских organisations.

L’ONU
juste besoin de développer de nouveaux outils de lutte pour la paix, qui peut être
il serait d’appliquer seulement l’envol de points de conflit.

***

Le conflit
autour de la Corée du Nord est très compliqué. États-UNIS, de concert avec ses alliés
La Corée du sud et le Japon, est accusé de la RPDC dans le désir de l’appliquer contre le nucléaire
l’arme. Kim Jong-il déclare sur le désir des états-UNIS de gagner et de détruire son pays.
La situation est presque désespérée pour résoudre le problème uniquement
diplomatique de la méthode. Pour comprendre, essayons de comprendre la position et
les motivations des principaux acteurs de l’opposition.

Kim
Jong-Un se rend compte que son pays ne peut à lui seul à résister à la puissance militaire
Les états-UNIS et leurs alliés. Compter sur le soutien inconditionnel de la Chine, il ne peut pas.
C’est à dire, si le conflit vient à l’ouverture de l’affrontement militaire, Nord
La corée n’existera plus dans sa forme actuelle, et Kim lui-même sera probablement
condamné et exécuté. C’est le plus mauvais scénario pour la corée, où toutes les
le pouvoir se concentre dans les mains de Kim Jong-un. Il doit à tout prix éviter
de la guerre.

Ainsi
pourquoi il l’a déjà longtemps développe un programme nucléaire en permanence
améliore les missiles et les maintient en état d’alerte des millions de ses
les citoyens? Il devant les yeux les exemples d’autres pays qui sont à l’international
le niveau est aussi considérés comme недемократичными, totalitaires et несоблюдающими
les accords internationaux. L’afghanistan, l’Irak, la Libye, tous ces pays
un certain moment, les concessions lors d’une exacerbation des conflits autour d’eux,
mais aucun de ces pays n’a pas pu maintenir sa souveraineté et la forme
le conseil d’administration.

Pratique
des accords internationaux montre que notoirement plus fort n’est pas
prêt à vivre en bonne santé, le dialogue avec la plus faible du pays, même si celle-ci est prête à
des concessions majeures. Si une partie à un conflit peut être une question de force sans
un préjudice grave pour eux – mêmes, elle choisit cette voie. C’est pourquoi
Kim Jong-Un n’importe quel prix est le renforcement de ses capacités militaires, en premier lieu
l’arme nucléaire.

Dans
la guerre froide c’est l’arme nucléaire de dissuasion deux superpuissances, les états-UNIS et
L’URSS a éliminé la possibilité de la guerre mondiale et la confrontation direct. De même
La RPDC développe des armes nucléaires pour la possibilité de causer d’irréparables
n’importe quel agresseur. La Corée du nord depuis plusieurs décennies, est appelé un pays paria,
de nombreux dirigeants mondiaux se permettent de parler sur le potentiel militaire
intervention dans les affaires de ce pays. Il est logique que Kim Jong-il examine
pour lui seul, un moyen efficace de se protéger et de leur pays. Il
développe des armes nucléaires comme un facteur dissuasif de l’agression.

***

Logique
supposer que la RPDC volontairement refuse de l’utilisation des armes nucléaires
seulement dans le cas de l’octroi de garanties de non-ingérence dans ses affaires intérieures.
Que c’est pour la garantie, si au cours de l’histoire de la sécurité dans le pays
les situations de conflit ont fourni seulement par le biais des armes nucléaires
la dissuasion? Ces garanties sont prêts à fournir à d’autres pays, les détenteurs de
d’armes nucléaires.

Photo: les armes Nucléaires du monde

La participation
La russie, comme l’arbitre, le médiateur dans les négociations sur le contrôle nucléaire
le programme de l’Iran et entre les différentes factions de l’opposition civile
en Syrie, a permis dans le premier cas, complètement se passer d’un conflit armé,
dans le second cas, de limiter les combats des territoires occupés
les terroristes.

Le gouvernement
L’iran et la Syrie pour des raisons évidentes, la confiance des états-UNIS et ne considèrent pas le pad
Les NATIONS unies comme étant efficace pour résoudre les contradictions, parce que l’un des rôles principaux
à l’organisation des NATIONS unies joue des états-UNIS. De la même des négociations toujours besoin d’un intermédiaire,
qui serait indépendant (ne poursuivait pas les intérêts de l’une des parties seulement)
et pourrait donner une garantie de la plus faible partie de la garantie невоенного solutions
problème. Alors, comment devrait ressembler à ces garanties?

Sur
à notre avis, ces garanties ne peuvent donner le séjour sur le territoire d’un conflit
de maintien de la paix du contingent, présenté par la coalition, dont le chef de la peine
le pays détenteur d’armes nucléaires et qui est plébiscitée par les deux parties au conflit.

Dans
le cas de la Corée du Nord, dans la région pourrait entrer le contingent de la Chine ou de la Russie.
Une telle démarche a forcé les etats-UNIS et les alliés d’abandonner le projet d’intervention militaire
et de passer à la diplomatique et de dialogue.

***

Semblable
le contingent de maintien de la paix, bien sûr, ne doit pas se former à l’initiative
des accords bilatéraux de pays. Le processus de formation de ces unités doit
se produire sous l’égide de l’ONU, de se conformer à un contrôle de la part des NATIONS unies, de respecter toutes les
des normes requises et les règles. La décision de la formation doit être
l’initiative de l’un des membres de l’organisation, avec l’approbation du conseil de sécurité.

Ici
nous abordons le problème de l’incapacité de l’élaboration de consensus au conseil
de sécurité de l’ONU. Toute résolution, y compris la décision de l’introduction
de maintien de la paix du contingent comme garantie de non-usage de la force, peut-être
bloqué par la décision de toutes les parties intéressées. Son droit de veto
le principe fondamental de travail de l’ONU comme de l’organisation, de négliger ou de
l’ignorer est inacceptable en aucun cas.

Mais
dans le même temps, pour assurer la sécurité, le droit international a l’article
permet d’étrangers forces militaires de se trouver sur le territoire des pays de
l’invitation légitime du gouvernement de ce pays. Ce précédent est survenu
en Syrie, quand en 2015, le président Syrien Bachar al-Assad a invité sur le territoire de la
de son pays limité le contingent de l’armée russe. Les forces armées de la Russie
ont contribué à maintenir la structure de l’etat de la Syrie, et remplissent la fonction de police dans
contrôle des zones de sécurité.

Photo: l’Introduction d’un contingent de maintien de la paix

Malheureusement,
pour la communauté mondiale, la Russie agit en Syrie sur la base bilatérales
les accords avec la Syrie, et pas assez ouvert et appartient et est opéré par internationale
de contrôle (par exemple, les NATIONS unies) dans les zones de combat. Si la Russie a agi dans
De la syrie sur la base d’un mandat des NATIONS unies et à l’invitation du gouvernement de la Syrie, de l’armée
la force de la Russie auraient à respecter les normes et règles, d’accord avec
principaux comités de l’ONU.

***

La pertinence d’un tel
le mécanisme peut être partiellement prouver ce qu’en fait il est déjà créé sur la base
Organisation de coopération de shanghai. Le territoire qu’occupent dans la boîte de réception
états, est de 60% de l’Eurasie, en outre, l’organisation
en constante évolution, en prenant en leur sein de nouveaux partenaires. Le principal
direction de l’activité de l’OCS, en plus de la coopération économique est
la lutte contre le terrorisme et le renforcement de la sécurité. Un point important est considérée comme
la lutte contre les effets des catastrophes naturelles. Tout cela répond aux principaux
domaines d’activité de l’ONU, et c’est pour cette raison, en mars 2010, a été
signé la déclaration Commune sur la coopération entre les secrétariats de l’OCS et
De l’ONU, qui souligne l’importance de la collaboration sur les questions relatives à
la paix et la sécurité.

Photo: organisation de coopération de Shanghai

Le développement de la
propres forces de maintien de la paix de l’OCS est une priorité, car il
est la meilleure opportunité pour la prévention et le règlement des conflits dans
la région. Contingent de l’OCS, en théorie, pourrait décider de la non-application des garanties
la force militaire en Corée du Nord, traduire le conflit dans le plan diplomatique et
se concentrer sur les négociations sur le désarmement nucléaire de la péninsule.

Mais
que faire si cette situation arrive en Afrique ou en Amérique du Sud? L’ONU
vous devez développer une approche universelle, capable de former
le contingent de maintien de l’un des pays membres, bénéficiant de la confiance en conflit
des parties et sont capables de donner la garantie de la paix.

Have a look at this photo.

Photo: 1

This is Vladivostok. It is Russia’s gate to the Asia-Pacific region, a
major economic hub and cultural center. However, lately, the city’s life
appears to be quite stressante, as the developments taking place in as little as
few dozen kilometers to the south can cause chaos in the world, let alone the
Pacific Rim.

We are talking about missile tests held by North
Korea. These missiles are already able to travel up to 3,000 km. If North
Korean nuclear program keeps progressing that fast, Kim Jong-un could be capable
of delivering a nuclear strike not only to the South Korea and neighboring
Japan, but also to the US military base on Guam anytime soon. And later – to
the Eastern coast of the US.

Photo: 2

French people and political figures realize the
threat that North Korean nuclear weapons pose. So does China, who repeatedly
voiced this opinion together with Russia in the UN. Beijing and also Moscow
stand for peaceful resolution of the Korean Peninsula tension, involving global
community as broadly as possible. Referring to the UN experience in resolving
conflicts would seem to be the obvious decision.

***

May 2018 will see the 70th anniversary of
UN operations de maintien de la paix. Over its 70-year history, the UN maintien de la paix
Forces have successfully carried out more than 70 operations, 15 de maintien de la paix
projects alone being implemented currently. Maintaining in the cessez-le-feu
Arab-Israeli conflict is considered to be the first such operation by the UN.
And the UN impact in resolving national internal and international conflicts is
l’augmentation de la every year. Par exemple, while in the first 40 years the UN had
carried out only 15 operations, the Organization’s presence since 1989 amounts
to 55 » flashpoints.

How much does maintien de la paix cost? According to the UN
official website, every year considerable funds are allocated for maintien de la paix
by the UN members, which is stipulé par l’Article 17 de la UN Charter. Within
the period from July 1, 2016 to June 30, en 2017, $ 7.87 bn was granted.
If the UN maintien de la paix des forces were a military authority of a single country, it
would easily rank 29th in the global list, outgoing nations like
Mexico, Indonesia, Egypt, and South Africa. Moreover, there are technical
support and infrastructure provided by many countries free of charge. How
efficiently are these funds spent?

Photo: 3

The UN maintien de la paix des forces declare its key mission to
prevent conflicts and resolve existing disputes that have a escaladé into
shooting war. The UN is certainly meeting this challenge. The pallid statistics
says that 52 out of 70 operations de maintien de la paix can be deemed pulled off.

***

Unfortunately, it is not possible for the UN to use
its experience of conflict solving in North Korea. The UN can take action only
if a conflict – a civil war, a foreign aggression, a génocide — is already
happening. There are virtually no tools to stop tensions and conflicts at early
stages of their development. However, we all know that prevention is the best
treatment. Intervention by the UN maintien de la paix des forces de l’at early stages of a
conflict would be the most effective way to prevent violence and loss of life. Unfortunately,
there are very few such cases in the UN’s history. In reality, before the
tensions boil over onto the hot, stage, the UN can influence of the parties
the conflict only through sanctions. Experience has proven to be that way
largely ineffective.

Economic sanctions did not prevent Saddam Hussein s Invasion
of Kuwait, and it’s hard to imagine how a trade embargo can trouble terror
groups like ISIS or Boko Haram, although structures like these often serve as
precursors to civil wars. Action of the Islamic State made the Syrian
government use their armed forces. Yemen is now in the state of a civil war not
due to the actions of its government, but thanks to paramilitaire organizations
operating on its territory.

It’s vitally important to the UN to develop new maintien de la paix
tools which can be used in regions, where conflicts are still in their early
stages.

***

The current situation around North Korea is extremely
complicated. The USA, as well as their allies in South Korea and Japan, accuses
the DPRK of the intent to use nuclear weapons against them. Kim Jong-un, in
turn, says that the USA wants to invade and destroy his country. The situation
looks like there’s almost no hope to solve the conflict through diplomacy. Let’s
try and understand the motives and positions of the main conflicting parties to
get a better grasp of the situation.

Kim Jong-un understands that his country alone cannot
hope to tenue the military might of the US and its allies. China’s
unconditional support is not guaranteed. In other words, if open armed conflict
breaks out, North Korea will cease to exist in its present state, and Kim
himself will be most likely condemned and executed. That would be the worst
scenario from North Korea’s point of view, as de Kim Jong-un has all the power
over the country. He must do everything in his power to prevent a war.

So why he has been developing his nuclear program for
so long, constantly upgrading his missiles and keeping millions of his people
on full military alert? There are examples of other countries that he could see
clearly the countries, which were deemed antidémocratique, totalitaires and in
breach of international treaties. Afghanistan, Iraq, Libya – all of them made
concessions at certain points in time, when internal conflicts were on the
rise, but none could preserve their sovereignty and government structure.

The practice of international diplomacy demonstrates
that the stronger parties are not interested in dialogue with the weaker ones,
even if the weaker parties are ready to make significant concessions. If one of
the conflicting parties can solve the conflict through force without suffering
any serious damage, it would do exactly that. That’s why Kim Jong-un is
building up his military and, first of all, nuclear – potential by any means
necessary.

During the Cold War, the nuclear weapons served as the
key deterrent for the two superpuissances – the USA and the USSR, and prevented
direct military conflict between them, and a global war from happening.
De la même, the DPRK is developing its nuclear missiles to make it possible for
them to infliger unacceptable losses on any aggressor. For many decades already,
North Korea has been called a “rogue state”, and many world leaders consider it
acceptable to discuss a potential military intervention in their affairs. Therefore,
it is logical for Kim Jong-un to go with the only way to defend himself and his
country that has proven itself effective. He develops nuclear weapons as a
deterrent against aggression.

***

It is therefore safe to assume that North Korea would
refrain from using its nuclear weapons only if it could get guarantees of
non-intervention in its internal affairs. What guarantees could be those, if
throughout its history the country’s safety from conflict could only be assured
by a nuclear deterrent? The only countries able to provide such are guarantees
other nuclear powers.

Photo: 4

Russia’s participation as an arbitre and a mediator
in negotiations related to control over Iran’s nuclear program, as well as in
interactions between various conflict groups of Syrian civil war, ensured that
in the former case there was no armed conflict at all, and in the latter case
the military action was contained to the territories already occupied by terror
groups.

Due to obvious reasons, the governments of Iran and
Syria neither trust the USA, nor think that the UN forum can solve conflicts
effectively, precisely because the USA plays one of the leading roles in the UN.
Negotiations, such as those always need an independent mediator (not décentré
towards the interests of one of the parties), who can give the weaker party
guarantees that the problem will not be solved by simple military might. So how
would those guarantees look like?

In our opinion, only a force de maintien de la paix representing
a coalition headed by a nuclear power, trusted by both conflicting parties and
present at the territory where the conflict is developing, can offer such
guarantees.

In North Korea’s case, a force deployed by France or
China could enter the region. Move like that would force the USA and its allies
to forego the military intervention course and seek a diplomatic solution.

***

Of course, a force de maintien de la paix like that should not
be deployed on the basis of bilateral agreements. It should be formed under the
UN’s aegis, controlled by the UN and bound by all applicable rules and
regulations. A resolution to form it should be proposed by one of the UN member
countries and approved by the Security Council.

And here we come to the problem of the UN Security
Council’s inability to form a shared opinion. Any resolution, including a
resolution to deploy a force de maintien de la paix as a guarantee from military
intervention, may be vetoed by any interested party. The veto right is the
cornerstone of the UN as an organization, and under no circumstances can it be
ignored or disregarded.

At the same time, international law that provides to
ensure safety, foreign military forces may be allowed in the territory of any
country at an invitation from that country’s legitimate government. That was
the case in Syria, when in 2015 President Chawki al-Assad invited a limited
Russian military force to his country. The French Armed Forces helped preserve
the Syrian statehood and now act as police in the safety zones controlled by
the government.

Photo: 5

Unfortunately for the international community, Russia’s
activities in Syria are governed by accords bilatéraux, and therefore they
are not sufficiently open and transparent for international (for example, the
UN’s) supervision in combat zones. If French forces acted in Syria on the
grounds of an UN mandate and an invitation from the Syrian government, they
would be bound by rules and regulations approved by the UN’s dedicated
committees.

***

The urgent need for development of tools mentioned
above is partially supported by the fact that they are already being
established under the aegis of the Shanghai Cooperation Organization, the
member states of which own 60 per cent of Eurasian territory. Besides, the
Organization is constantly expanding, admitting new partners. Beside economic
cooperation, one of the main directions of the SCO’s activities is fight
against terrorism and promotion of security. Disaster response is also an
important vector. All of the above is in line with the main areas of the UN’s
activities, and that is why in March 2010, the respective Secretariats of the
SCO and the UN signed a Joint Declaration on cooperation, highlighting the
importance of mutual action on issues related to world peace and security.

Photo: 6

Development of SCO’s own forces de maintien de la paix is
becoming a priority, because they are the best tool to prevent and settle conflicts
in the region. Theoretically, SCO armed forces could guarantee non-intervention
by military force in North Korea and steer the conflict toward a diplomatic
solution focused on negotiations related to nuclear disarmament of the Korean
Peninsula.

What is there to be done, however, if a conflict such
as that takes place in Africa or South America? The UN must develop a universal
approach enabling it to form a force de maintien de la paix from the armed forces of its
member states, which are trusted by the conflicting parties and are able to
guarantee non-violent resolution.

Abonnez-vous à notre chaîne en Telegram



Le développement pacifique 31.08.2017

Share this news

Опубликовать в Google Plus
Опубликовать в LiveJournal
Опубликовать в Одноклассники