L’UE protège les entreprises européennes de антироссийских de sanctions des états-UNIS 25.08.2017

L’union européenne a déjà plus d’une décennie aux prises avec des sanctions américaines. Ou plutôt, pas avec les sanctions, et avec l’un de leurs principes fondamentaux, le principe de l’extraterritorialité. Cela signifie que Washington est prêt à punir et pénalise non seulement les entreprises américaines, mais aussi des entreprises d’autres pays. Il s’agit de lois permettant à Washington de pénaliser les sociétés étrangères qui travaillent avec des entreprises de pays soumis à des sanctions. La menace des états-UNIS d’interdire aux sociétés étrangères de l’accès aux marchés américains et étrangers des banques de compensation en dollars des opérations en Amérique jusqu’à présent est très sérieux Washington.

La question est devenue de nouveau, comme le dit l’adage, la côte cet été, quand l’Amérique a élargi anti-sanctions, qui peuvent entrer énergétiques européens de la société pour les projets en collaboration avec «Gazprom». Il fut un temps où il semblait que la patience de l’Europe enfin craqué. Bruxelles Washington a menacé de représailles des sanctions. La vérité est, rapidement s’est ressaisi et a pris ses.

En général, l’UE soutient les санкционную la politique des états-UNIS. Il suffit de se rappeler que l’Europe a introduit, par exemple, contre la Russie propres sanctions et jusqu’à présent correctement les prolonge. Toutefois, dans le cas de sanctions européennes dispose d’un important inconvénient: contrairement aux sanctions américaines, ils ne concernent pas les pays tiers, mais seulement les états membres de l’Europe unie.

Les européens préoccupé par la situation de la transaction sur le programme nucléaire iranien, conclue en 2015. Après l’arrivée au pouvoir de Donald Trump son destin était en question. La transaction a forcé les états-UNIS d’annuler bsur laplus grande partie de антииранских de sanctions, qui tomberaient les banques étrangères et les entreprises travaillant maintenant en Iran. Si la transaction est dissoute, les entreprises européennes souffrent plus que d’autres.

Entre-temps, à l’exception контрсанкций, l’Europe n’est pas tellement de façons de protéger votre entreprise de l’arbitraire.

«Nous devons adapter nos mécanismes nationaux et mettre à jour les mécanismes européens contre des américains, extraterritoriales des sanctions»,- a déclaré dans une récente déclaration du MAE de la France.

La lutte contre américaines de sanctions commencé dans le milieu des années nonante du siècle dernier, quand l’administration Clinton a adopté la loi Helms-Burton, le forçant à des hommes d’affaires à choisir avec qui leur commerce: avec les états-UNIS ou à Cuba. Le commerce avec Cuba après l’adoption de cette loi ont continué à quelques entreprises, par exemple, une société canadienne d’exploitation minière société Sherritt International Corp.

Récemment, la tension à cause des sanctions affaiblis, parce que les états-UNIS et l’UE ont commencé à coordonner leurs politiques à l’égard du programme nucléaire iranien, les conflits en Syrie et au sud-est de l’Ukraine. Toutefois, les dirigeants européens continuent de s’opposer au principe de l’extraterritorialité, qui persiste dans tous les américains et les sanctions.

La situation a changé cette année, quand la maison Blanche a un nouveau patron. La coordination de la politique étrangère entre Washington et Bruxelles s’affaiblit à nouveau. Il en est de même à la coordination de l’application des sanctions. Les états-UNIS ont imposé de nouvelles sanctions contre la société iranienne, ayant trait à des essais de missiles, et l’Union européenne n’a pas fait. Et les etats-UNIS et l’UE ont imposé de nouvelles sanctions contre la corée du nord, mais des sanctions américaines est beaucoup plus large et plus profonde de l’europe.

La situation autour de la антироссийских de sanctions a changé après avoir, comme Donald Trump, la signature de la loi sur les sanctions, a souligné qu’il ne doit pas gêner la coopération avec les alliés européens et nuire à l’entreprise.

Maintenant, au moins temporairement, sur ce front règne le calme. Avant les déclarations de donald Trump à Bruxelles ont examiné deux options pour le développement d’événements et d’intervention sur l’action «frère aîné», capables de nuire aux entreprises européennes. Tout d’abord, c’est l’occasion d’appliquer евросоюзовский «blocage de la loi», adoptée en 1996, en réponse à la loi Helms-Burton. Il permet aux entreprises européennes de ne pas obéir aux sanctions américaines et leur garantit une indemnisation pour les amendes. À la fin du siècle dernier, cette loi est assez efficacement défendu les quelques liens économiques, qui ont été de l’Europe avec Cuba, mais son efficacité, selon les spécialistes, à la protection des liens avec la Russie, il sera beaucoup plus faible, parce que les compagnies d’électricité de l’Europe, ayant des contrats avec des partenaires russes, ne променяют sur la possibilité de travailler sur le marché américain.

Deuxièmement, à Bruxelles, ont envisagé la possibilité d’accéder à l’OMC avec la plainte aux états-UNIS, comme on l’a tous dans le même 1996. Alors, en effet, l’UE a retiré la plainte, mais seulement après que le président Clinton a promis de ne pas pénaliser la société de l’Ancien monde pour violation de la loi Helms-Burton.

Dans le cas d’un traitement à l’OMC, de l’avis des spécialistes sur les sanctions, Bruxelles probablement accuse les etats-UNIS en violation des règles de l’OMC sur la libéralisation du commerce. C’est ainsi, on peut interpréter la menace Washington de fermer aux entreprises européennes un accès au marché américain, y compris le système financier. Washington peut repousser le fait que c’est une exception et qu’il explique menace pour la sécurité nationale de l’Amérique.

De telles plaintes de l’OMC разбирала un peu, de sorte que le juge, quel sera le résultat de l’examen de la plainte, il est difficile. Entre-temps, la victoire de l’UE à l’OMC peut devenir pour lui comme un boomerang, parce qu’permettra à l’organisation de les accuser de violation des règles européennes et de sanctions.

De l’union Européenne dispose de l’océan et les alliés. Les organisations qui protègent un accord sur le programme nucléaire iranien, appellent à l’UE vigoureusement les entreprises européennes de l’arbitraire des autorités américaines. L’une de ces organisations — National américano-iranien, le conseil conseille de Bruxelles est de créer des dollars de compensation des centres en dehors des états-UNIS. Cela affaiblira pour les banques européennes de la menace déconnecter du système financier américain.



L’UE protège les entreprises européennes de антироссийских de sanctions des états-UNIS 25.08.2017

Share this news

Опубликовать в Google Plus
Опубликовать в LiveJournal
Опубликовать в Одноклассники