L’ukraine se déplace sur la situation militaire 30.08.2017

L’ukraine dans la nouvelle loi sur la réinsertion du Donbass officiellement marquera la Russie «le pays agresseur». À ce sujet lundi, le 28 août, a déclaré le représentant du président du pays à la Verkhovna Rada, Irina Loutsenko dans une interview à «la Cinquième canal».

Selon elle, la notion de «Russie-agresseur» la loi sera présenté pour la première fois. Le projet de loi «sur la politique d’etat de l’Ukraine et de la direction de la politique publique de reprise et de reconstruction du Donbass», comme l’a souligné Loutsenko, prêt à 99,9%». Ses auteurs, elle a noté, lors de l’élaboration de règlements et d’expressions attiré «les experts et les spécialistes» des états-UNIS, ont consulté des juristes et des diplomates, ainsi qu’avec les partenaires, dans le «normand format»».

En outre, le représentant du président de l’Ukraine a souligné que ce document est une référence directe à l’article 51 de la Charte des NATIONS unies. «Cela signifie que l’Ukraine a le droit de se défendre et n’est pas responsable de la situation temporairement les territoires occupés. C’est encore une fois — n’est pas la guerre, la légitime défense», a déclaré Loutsenko. Elle a souligné que cela permettrait de conserver le format actuel de soutien de la part du fonds monétaire International.

Plus tôt, membre du comité de la Verkhovna rada de нацбезопасности et de la défense Dmitri Тымчук a signalé que le projet de loi sur la réinsertion dans le Donbass implique le passage «d’une opération militaire».

«Qu’il est proposé de remplacer l’ATO? En fait — l’armée de l’opération, dirigée par ne SSU et opérationnelle de l’état-major. Direction générale opérationnelle de l’état-major sera de réaliser le président en tant que commandant suprême, de la défense est également un guide ralise de l’état-major. Tous les militaires et des civils de l’administration ou des militaires de l’administration dans le cas de la création d’un «fermés» sur le plan opérationnel, état-major», racontait — Тымчук.

En parlant de l’éventuelle introduction de la loi martiale, le député a souligné que le projet de loi permet d’introduire, à la discrétion du président de l’Ukraine Porochenko. Les MÉDIAS en ce moment, a rapporté que la situation de guerre peut être introduit dans la première ligne de ces villes, comme la ville de Mariupol, Kramatorsk, Slaviansk, Авдеевка et Марьинка, est contrôlée par Kiev.

Notamment souligné que le projet de loi sur la réinsertion fixées «le statut juridique de certaines régions de Lougansk et de Donetsk domaines, cependant, ne signifie pas la reconnaissance ДНР et ЛНР.

Ce qui est derrière la nouvelle rédaction de la loi sur la réinsertion, cela signifie-t-elle, que Kiev, avec le soutien de l’Occident, se plie à la militaire, le scénario de résoudre le problème du Donbass?

— Ukrainienne, la situation a un rapport, avant tout, à la Russie, et signifie que les pays occidentaux dirigée par les états-UNIS encore tiennent des taux de change sur le renversement d’un régime politique à la RUSSIE, estime le politologue, directeur de l’Institut d’études politiques de Sergueï Markov. — Pas de compromis sur la question ukrainienne, les pays occidentaux ne veulent pas prendre. Ils continuent à maintenir le mode de kiev, malgré le fait que ce mode utilise une politique de terrorisme d’état pour la préservation de leur pouvoir, et arrache exécution des accords de Minsk. La nouvelle rédaction de la loi sur la réinsertion du Donbass dit que cette politique serait l’Occident poursuit.

Oui, la Russie прочертила certaines «lignes rouges» sur la question ukrainienne. L’essence de ce que Moscou ne permettra pas à la défaite militaire dans le Donbass, suivi de «ratissage» il пророссийского de la population. Mais c’est tout. Sur le reste de la Russie dans une grande partie a fait des concessions, et provoque ainsi le renforcement de l’ouest de la pression sur l’ukraine direction.

«SP»: — Loutsenko fait valoir que l’expression «pays agresseur» convenu avec les membres de la «normand format», c’est avec l’Allemagne et la France. Paris et Berlin, il s’avère, ne sont pas intéressés de mettre fin au conflit dans le Donbass?

— Berlin, certainement, prend en charge Kiev. Il suffit de dire que, allemande Sputnik Deutschland, l’argent que l’Allemagne contribue au projet de «partenariat Oriental», reçoit principalement l’Ukraine.

Le taux de l’Occident, je le répète, fait la force la suppression du Donbass, suivie d’un перекидыванием conflit avec la Russie. Il ne fait aucun doute: si Kiev a réussi à résoudre le problème du Donbass cable électrique de scénario, ils auraient immédiatement et dur, la question de la Crimée.

D’autre part, l’annonce de la Russie «le pays agresseur», je crois, s’inscrit dans le schéma tactique de recherche de Kiev, sur des bases juridiques sur lesquelles on peut exiger de l’Ouest de l’augmentation de l’aide «незалежной».

Enfin, une telle démarche témoigne d’un renforcement de la rhétorique nationaliste Porochenko. Ce qui signifie, je crois, que le chef de l’etat ukrainien se prépare à la «nuit des longs couteaux» — l’élimination des politiques concurrents du camp nationaliste. Tout d’abord, les chefs de MIA de l’Ukraine Arsène Авакова, secrétaire du CNSD Alexandre Турчинова, ainsi que les chefs subordonnés néo bataillons.

Il est supposé nationaliste guide de l’enlever, et les bataillons переподчинить représentant, Porochenko, et pour cela, le président de l’Ukraine a besoin lumineux rhétorique nationaliste.

«SP»: — Imaginons que le projet de loi sur la réinsertion adopté et nous, et nous «pays agresseur». Si dans ce cas, les membres de «normand format» essayer de faire de la fédération de RUSSIE des parties au conflit dans le Donbass?

— Les participants de la «normand format» et maintenant doucement tentent d’attribuer à la Russie des parties au conflit. Je vous rappelle que de Minsk, des accords ont été largement signés sur les conditions russes, et de la fédération de RUSSIE d’eux est désigné comme modérateur et le garant du règlement. La france et l’Allemagne sont allés à cela permettrait d’éviter la promotion des armées ЛНР et ДНР après la défaite de l’armée ukrainienne sous Дебальцево. Mais dans son activité pratique de Berlin et de Paris ne cesse de dire sur la responsabilité de Moscou pour l’exécution des accords de Minsk, de facto, considérant notamment sa partie au conflit.

Cependant, même si la loi sur la réinsertion est adopté dans la rédaction actuelle, cela n’entraîne pas formelle de la révision de la «Minsk-2». Les occidentaux ont peur que le décrochage des accords de délier les mains d’un méconnue républiques, et alors la libération de l’est de l’Ukraine de l’autorité de la junte de kiev sera poursuivie.

L’ouest, sans renoncer à la «Minsk-2», insistera sur la révision des accords. Précisément, il va demander une exécution de tout un paragraphe — transfert du contrôle de la frontière ЛНР et ДНР avec la Russie sous le contrôle de Kiev.

«SP»: — de la Russie, compte tenu de la situation actuelle en Ukraine, ce serait la bonne chose à faire?

— Il faut, je crois, difficile d’exiger la reconnaissance de l’Ouest politique субъектности ЛНР et ДНР. Le président de la fédération de RUSSIE Vladimir Poutine aurait coûté à abandonner les négociations avec les dirigeants de la «normande four» à cette époque, jusqu’à ce que ces négociations ne participeront les représentants des républiques non reconnues.

En outre, la Russie devrait prendre un cours sur le retrait de la reconnaissance de la légalité des autorités ukrainiennes. Il est temps de cesser de prétendre que, dans le visage de Kiev, nous avons affaire avec le gouvernement normale de l’union européenne. Actuel ukrainien guide — ce sont des criminels qui ont le pouvoir militaire. Et sur cela il faut juste en parler.

La Liberté De La Presse


L’ukraine se déplace sur la situation militaire 30.08.2017

Share this news

Опубликовать в Google Plus
Опубликовать в LiveJournal
Опубликовать в Одноклассники