Nous sommes un tronc à tronc — contre la Russie 18.07.2017

Oui, nous devons comprendre son appartenance à l’OTAN et doivent donc aller contre les russes. Ces mots que nous devons retenir, ont, le 12 juillet 2017, à la tribune de la Chambre des députés de la république tchèque. Leur prononcé l’acteur et le ministre de la défense nationale, membre du mouvement ANO Martin Стропницкий. Oui, tout à fait impossible pour nous de ne pas respecté leurs obligations et ne l’ont pas envoyé de force à la frontière russe, comme nous l’exigent. Ce sujet a déclaré l’actuel ministre des affaires étrangères Lubomir Заоралек (représentant Tchèque, le parti social-démocrate), et toute une cohorte de députés des partis de droite (chrétiens-démocrates, TOP 09 et ODS) avec enthousiasme lui поддакивала et applaudissait.

Oui, tous ces heureux et аплодирующие le seigneur, assis dans des fauteuils et de la présidence de la chambre, à droite. Mais ils ne soupçonnent pas que c’est à ce moment cessent d’être des êtres humains et jettent sur lui-même волчью la peau. La peau du troupeau, qui le chassent là, le besoin de la заокеанскому ландскнехту, c’est à la frontière avec la Russie, la Lituanie et la Lettonie. Eh bien, oui, c’est là-bas! Nous avons trahi Hus et de Masaryk quand ont permis le survol des avions de bombardements de la Yougoslavie. Donc pourquoi ne pas continuer à trahir la suite? Une fois que nous avons une fois engagé sur la voie de холуев et les complices de crimes, pourquoi lui d’aller quelque part où nous sommes pires concentrons? Pourquoi avons-nous casser la tête, qui a raison et qui a le droit, et qui ment et veut prendre quelqu’un d’autre. En effet, dans une centaine de fois plus facile de se lever sur le côté où la foule un peu plus, et où piétiné toute l’Europe, et en fait presque tout le monde?

Et, maintenant, nous devons nous lever sous les armes contre le pays, qui a plus d’un demi-siècle en arrière nous arraché des griffes de la plus effroyable tueur dans l’histoire? Contre ce pays, sans les luttes et les millions de victimes dont nous n’aurions même pas, parce que la vie de nos pères et nos mères ou nos grands-parents finiriez là même où les juifs ont péri.

Qui nous aujourd’hui sur ce, je vous prie, à l’exception de notre propre conscience, à la demande? Personne! Prétendument soldats sur la frontière russe envoient pour nous défendu les pays Baltes, de l’éventuelle russe de choc. Et c’est, comme vous le comprenez, le piège. En effet, il est clair que nous allons là-bas pour la frontière de pénétrer à l’intérieur de la Russie, d’aller à Moscou, Leningrad, de la Sibérie et ainsi de suite. C’est là que vivent les damnés les slaves, russes, et nous, slave goutte dans l’germano-anglophone comme la mer, doivent aussi marcher sur eux, emmenant tout ce qui tire et explose (à en juger par la décision de notre parlement le 12 juillet de cette année).

Pourquoi y viennent généralement?

Tout d’abord, les russes ne veulent pas tout écouter les plus importants transatlantiques patrons. Le président Obama a dit sur tout cela très clairement: «Nous devons (…) régulièrement de tordre le bras des pays qui ne souhaitent pas faire ce que nous avons besoin d’eux».

Et si c’est la énième fois, la Russie fait semblant de ne pas entendre ces mots, ou ne veut pas les entendre, alors nous ne devons pas simplement de dévisser les mains et les couper.

Avec la deuxième raison, à cause de laquelle nous avons, avec l’ensemble de l’année suivante doivent se rendre à la frontière russe, de l’Atlantique aussi, ne se gênent pas. Et cette raison d’être même plusieurs fois divulgue aussi importante figure, comme Secrétaire d’etat Madeleine Albright. Selon elle, la Russie a trop de richesses naturelles, et c’est injuste. Une autre fois, Elle l’avait dit plus doux, affirmant que la raison de l’Oural trop de richesses naturelles, afin qu’ils appartenaient à un seul pays.

C’est-vous l’avez déjà compris, qui prévoit insidieuse attaque à la frontière entre la Lituanie et la Russie et la Lettonie et la Russie? Et s’est engagé il va, avec la participation de notre armée, et donc de notre état, le peuple, c’est-à-dire toutes les tchèques? Pour cela, le 12 juillet de l’année en cours a voté sur la proposition de notre gouvernement tchèque notre le parlement tchèque. Le parlement, qui nous sommes nous-mêmes dans l’intérêt choisi, et qui, hier matin, par malice et la ruse est bien écrasé.

ИноСМИ


Nous sommes un tronc à tronc — contre la Russie 18.07.2017

Share this news

Опубликовать в Google Plus
Опубликовать в LiveJournal
Опубликовать в Одноклассники