Que сланцевики remercier de l’OPEP 01.12.2017

L’OPEP et сланцевики

Le marché mondial du pétrole a déjà un an opérationnel génial règles. Traditionnelles d’extracteurs, qui a réussi à combiner l’OPEP, prennent des décisions qui en ont le plus besoin de leur principe, les concurrents, les producteurs américains de pétrole de schistes bitumineux. Et curieusement, c’est donc pétroliers réussi à équilibrer le marché. L’équilibre peut être détruit par la surchauffe du marché et de son effondrement, à moins que seront assez sages сланцевики.

Au delà de toutes les attentes derniers jours: de prolonger ou de ne pas prolonger par beaucoup comme il en restait encore une chose loin d’être la dernière est un acteur волнительного spectacle intitulé «Pas vivre comme on veut», ou «Dans un festin gueule de bois». Ceci, bien sûr, vient la nécessité de tourner la tête sur закоеанских сланцевиков, qui par la volonté du destin sont devenus des concurrents traditionnels pétroliers et qui ne signent pas et n’effectuent aucun accord sur la limitation de la croissance de la production de pétrole. Mais au contraire uniquement intensifient, quand les efforts de l’OPEP et de ses partenaires, le prix du pétrole monte tellement que les producteurs de schiste excellent revient de la rentabilité.

Un accord historique de l’OPEP+

C’est à cause de сланцевиков, au moins, dit généralisée version, Riyad deux ans n’a pas les efforts visant à limiter la production de pétrole et à l’augmentation croulant en 2014 des prix. D’abord en Arabie Saoudite ont décidé que l’OPEP en général et саудовское uni pourront un peu de patience lorsque les prix sont bas et «étouffer» les concurrents de l’océan, qui, dans le royaume trouvaient les principaux ennemis. L’OPEP a fait valoir que la victoire sur ses concurrents remportée ou qu’il est tout proche.

Cependant, les opposants se sont soudainement retrouvés trop fortes et résistantes. Ils sont, bien sûr, ont subi des pertes très graves, cependant, comme tous les autres нефтепроизводители, mais n’ont pas renoncé.

À propos de la guerre ont cessé de parler il y a un an. Alors de l’OPEP avec kaa, les pays producteurs de pétrole, n’entrant pas dans le cartel pétrolier, en effet, a reconnu la défaite et convenu de limiter la production de pétrole afin de réduire l’excès sur les marchés et augmenter les prix. Le prix de «l’or noir» a rampé vers le haut. Américains сланцевики, ne figurent pas dans le format de «l’OPEP+», a commencé à revenir sur les terrains et de reprendre le butin, interrompue en 2015-16, quand la production de pétrole de la méthode гидровзрыва lors de la forte diminution des crédits bancaires est devenue нерентабельна.

«Un grand jour»

Et voici a passé une autre année. Le soir, dans le dernier jour de l’automne, au siège de l’OPEP à Vienne finit la planification du sommet de l’OPEP. De l’ordinaire, il se distingue en ce qu’il est prévu le renouvellement de l’accord sur l’extraction du pétrole, du 30 novembre 2016, a signé le 14 membres d’un cartel et 10 indépendants les pays producteurs dirigée par la Russie

«C’était une bonne longue journée, c’était un grand jour, a annoncé après la fin des négociations de la conférence de presse, le ministre de l’énergie de l’Arabie Saoudite Khalid al-Фалих. — Je veux est heureux d’annoncer que notre décision a été unanime».

Les participants au sommet, comme prévu, ont décidé de renouveler l’accord sur la limitation de la production de pétrole, qui expire à la fin de mars en 2018, à la fin de l’année prochaine.

Lors du sommet de l’OPEP, le 22 juin, la commission spéciale examinera les progrès accomplis. Фалих a souligné que le renouvellement de l’accord réalisé sur une base flexible. C’est-à-dire, les participants seront à suivre la situation et en cas de changements sur le marché, par exemple, le remboursement des réserves de pétrole dans le stockage à une moyenne de cinq ans, le volume, ils peuvent apporter des modifications.

La libye et le Nigéria ont convenu de ne pas augmenter en 2018 proie au-dessus du niveau de l’année en cours. Cet accord, selon la Fatiha, protège нефтепроизводителей de «surprises». La situation dans ces pays est tellement instable qu’en 2017, ils ont plusieurs fois fortement diminuer et aussi rudement ont développé la production de pétrole.

De chaque côté de l’océan

Que faire ensuite? Étant donné que les marchés étaient prêts à la reconduction de l’accord et depuis longtemps son pris en compte, le prix de «l’or noir» n’ont tir vers le haut, comme on aurait pu s’attendre. Le calme sur les marchés ont contribué et un peu подзабытые сланцевики de l’océan. À la veille du sommet agence Internationale de l’énergie (EIA) a rapporté que la production de pétrole aux états-UNIS en septembre a augmenté par rapport à août, sur les 290 milliers de bar./le jour et a atteint 9,48 millions de bar./jour. Si quelqu’un d’autre et se gardaient de doute que сланцевики воспрянули à la vie après que le prix du «tonneau» a dépassé les 50 dollars, alors qu’ils hier après la déclaration EIA définitivement disparu.

Les experts ne doutent pas que si l’OPEP+ réussira encore une année de maintenir la production au niveau moins 1,8 millions de bar./un jour, l’équilibre entre l’offre et la demande en général rétablie. Il n’est pas exclu qu’ils peuvent même légèrement «surchauffer» du marché. Le prix du pétrole de la marque WTI pourrait bien dépasser les 60 dollars le baril. C’est, vous l’aurez deviné, se traduira par encore plus forte hausse du nombre d’installations de forage et, par conséquent, la production de pétrole en Amérique, ce qui, à coup sûr, de réduire l’efficacité de la prolongation de l’accord jusqu’en décembre 2018.

Les «рокфеллеры» épargneront l’intrigue

Maintenant, bien sûr, un temps de grâce pour les prévisions. Ainsi, les économistes de Rystad Energy prédisent que d’ici la fin de cette année, la production de pétrole des états-UNIS passe à 9,9 millions de bar./un jour, ce qui permettra сланцевикам sûr d’entrer dans l’année 2018.

Bien sûr, les journalistes ont demandé à Khalid al-Фалиха qu’il pense à un rapide retour sur les marchés américains сланцевиков. Le principal saoudien de l’énergie a répondu qu’ils n’arrivent pas à couvrir le manque causé par la forte baisse de la production de pétrole déjà gisements conventionnels, et que la forte croissance de la production de pétrole aux états-UNIS ne renvoie pas de surplus sur les marchés mondiaux.

Bien sûr, personne ne l’attendait une autre réponse d’un responsable de l’industrie pétrolière informel, le leader de l’OPEP. Les participants au sommet de l’OPEP+ Vienne s’attendent à ce que la surabondance de pétrole finira quelque part à l’été 2018. Prudents, les experts ajoutent: si ne pas interférer avec des américains сланцевики…



Que сланцевики remercier de l’OPEP 01.12.2017

Share this news

Опубликовать в Google Plus
Опубликовать в LiveJournal
Опубликовать в Одноклассники