Tchourkin a appelé les conclusions de la mission de l’ONU et de l’OIAC sur la химатакам en Syrie ont apporté 28.10.2016

Quatrième rapport
la mission des NATIONS unies et l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) appelle
plus de questions qu’il n’offre de réponses pour enquêter sur les cas d’application les plus toxiques
produits chimiques en Syrie pour atteindre des objectifs militaires. Le dernier rapport de la
la mission n’est pas suffisamment soutenue par des preuves d’une base pour les conclusions de l’accusation
dans l’adresse des autorités syriennes. Ce sujet a déclaré le représentant permanent de la Russie auprès de
L’ONU Vitaly Fifa.

«Maintenant
on peut dire que la plupart ne sont pas suffisamment
base de preuves solides, principalement matérielle, pleine de contradictions et parce
un défi», a commenté l’Solón rapport de la mission de l’ONU et de l’OIAC.

Aussi russe
le plus riche a souligné que les auteurs du rapport ont assez étrange décision de faire
les changements dans le précédent rapport et de la corriger
les conclusions initiales», qui portaient sur l’utilisation d’armes chimiques les plus dangereuses syriens Marea
Сармине et Тальменесе.

Toutefois, le dernier rapport de la mission conjointe de l’ONU
et de l’OIAC, confie l’entière responsabilité de l’application d’agents de guerre chimiques
les substances dans la province d’Idlib, le 16 mars 2016 officiel de Damas. De l’avis
même Чуркина, les conclusions de la mission ont pu être faites sur la base des données
fabriquées de l’opposition à Damas par les forces.




Tchourkin a appelé les conclusions de la mission de l’ONU et de l’OIAC sur la химатакам en Syrie ont apporté 28.10.2016

Share this news

Опубликовать в Google Plus
Опубликовать в LiveJournal
Опубликовать в Одноклассники